20180608_0835b.jpg
Le patriotisme américain est très prononcé et plusieurs monuments et sculptures monumentales en témoignent. Dans la capitale américaine Washington D.C. se trouve par exemple le Lincoln Memorial, un temple de 58 mètres de long, 36 mètres de large et 30 mètres de haut. Il abrite une statue du 16e président des États-Unis assis, haute de près de six mètres. Non loin de là se trouve le Washington Monument, un obélisque de 169 mètres de haut qui rend hommage au premier président américain George Washington.

Un peu plus de 2600 kilomètres à l'ouest, les visiteurs peuvent admirer une sculpture dont la devise était également : think big. Depuis 1941, les têtes des quatre présidents américains George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln se dressent du haut des 1800 mètres de granit du Mont Rushmore dans l'État du Dakota du Sud. Elles mesurent chacune 18 mètres de haut et 56 mètres de large au total.
 
Si la vue de cette sculpture colossale est sublime, le choix de son emplacement n'en est pas moins problématique. En effet, pour les Indiens ("American Indians", "Native Americans", "Natives" - les dénominations propres ne sont pas uniformes), la montagne et ses environs sont un lieu sacré. Mais cela n'a guère préoccupé les colons blancs, qui ont confisqué le territoire aux autochtones, ont donné à la montagne le nom de l'avocat et entrepreneur Charles Rushmore et ont réalisé le monument qui s'y trouve - lequel représente exclusivement des Blancs.
 
Pourtant, cela n'aurait pas dû se passer ainsi : Déjà en 1931, alors que les travaux du Mont Rushmore battaient leur plein et allaient durer encore dix ans, Luther Standing Bear, le frère aîné du chef des Indiens Oglala Lakota Henry Standing Bear, écrivit une lettre au sculpteur Gutzon Borglum qui dirigeait le projet. Dans cette lettre, Standing Bear proposait d'ajouter aux têtes des présidents américains le visage d'un chef légendaire des Oglala Lakota (également appelés Oglala Sioux) : Crazy Horse. Borglum n'a cependant jamais répondu à cette lettre.
 
Crazy Horse (Tashunke Witko dans la langue des autochtones) était considéré comme l'un des combattants les plus déterminés et les plus intransigeants contre les colons blancs qui, dans l'espoir de trouver de l'or dans les Black Hills, s'aventuraient sur les terrains de chasse des Indiens Buffalo. Né entre 1840 et 1845, il reçut son nom d'honneur alors qu'il était encore adolescent. Selon la légende, il aurait eu une vision d'un guerrier à cheval, invulnérable face aux balles de ses ennemis. Depuis lors, il aurait lui-même chevauché ainsi comme un cheval fou.
 
Crazy Horse est devenu l'un des chefs de guerre qui ont mené les Indiens à leur dernière grande victoire sur la cavalerie américaine. Celle-ci a été prise au piège le 25 juin 1876 à Little Bighorn River, dans l'actuel État du Montana. Une coalition de guerriers cheyennes et sioux, menée par Sitting Bull et Crazy Horse, a battu le 7e régiment de cavalerie américain du lieutenant-colonel George Armstrong Custer. "Venez, c'est un bon jour pour mourir", aurait crié Crazy Horse à ses hommes, la mort dans l'âme, alors qu'il fonçait sur les troupes adverses.
 
La troupe de Custer, qui avait acquis une grande popularité en tant que général de cavalerie pendant la guerre de Sécession, faisait partie d'une unité chargée de chasser les Indiens des Black Hills, où de l'or avait été découvert. L'ancien héros de guerre de l'Union a sous-estimé  la force de combat des Indiens et a séparé ses 650 hommes en trois divisions. Il n'a pas non plus attendu les renforts comme il en avait reçu l'ordre, mais a attaqué un village indien sans reconnaissance préalable. Ses soldats ne disposaient que de fusils à un coup.

Plusieurs milliers de guerriers indiens ont encerclé les troupes de Custer. Alors que deux des détachements ont pu se maintenir au prix de lourdes pertes, Custer s'est effondré avec la troupe qui restait avec lui, soit 204 hommes.
 
Mais cela ne changea rien à l'impuissance à long terme de la résistance indigène, les Indiens n'avaient plus grand-chose à opposer à la campagne de représailles bientôt lancée par les unités américaines. Crazy Horse et ses guerriers ont livré leur dernière bataille le 8 janvier 1877 à Wolf Mountain dans le Montana. Elle s'est terminée par une retraite des Indiens. Peu de temps après, Crazy Horse se vit finalement contraint par la faim et le froid de conduire sa tribu dans une réserve. Crazy Horse fut mortellement blessé le 5 septembre 1877, à l'âge de 32 ans, lors d'une altercation avec un soldat américain alors qu'il devait être arrêté. Les circonstances exactes font l'objet de témoignages contradictoires.
 

"Le Peau-rouge aussi a de grands héros"

 
La résistance indigène ne s'est pas arrêtée là, mais a continué à se manifester au cours des décennies suivantes. Les actions de protestation de plus en plus médiatisées du mouvement des droits civiques des Noirs depuis les années 1950 ont créé une nouvelle vague. Il y eut de plus en plus de manifestations, de chansons de protestation et d'occupations de lieux de mémoire symboliques, une "ère du Red Power" s'ouvrit avec des actions aussi bien pacifiques que militantes contre la discrimination et les inégalités largement répandues.

L'occupation de la localité symbolique de Wounded Knee dans le Dakota du Sud en 1973 a eu un retentissement mondial. 200 insurgés du groupe militant indien "American Indian Movement" (AIM) et des membres de la tribu Oglala Lakota ont assiégé la localité pendant des mois et se sont livrés à des escarmouches avec les forces de l'État américain.
 
A cette époque, les travaux pour un monument au Crazy Horse étaient déjà en cours depuis des décennies. En effet, quelques années après la lettre infructueuse de son frère au constructeur de Rushmore Borglum, le chef Henry Standing Bear avait écrit en 1939 à Korczak Ziolkowski, un jeune sculpteur d'origine polonaise qui avait travaillé comme assistant de Borglum.

"Même le Peau-rouge a de grands héros", expliquait Standing Bear, et il parvint à convaincre Ziolkowski de soutenir son idée de sculpture colossale. En collaboration avec Standing Bear, Ziolkowski a choisi le lieu : Thunderhead Mountain, à 27 kilomètres du Mont Rushmore.
 
Le 3 juin 1948, les dix premières tonnes de granit ont été extraites de la montagne à l'explosif. Des millions de tonnes de roche ont été déplacées au cours des décennies suivantes. Au début des années 1950, Ziolkowski a créé une fondation, la Crazy Horse Memorial Foundation. Cette organisation à but non lucratif finance le projet sur la base de dons, les Indiens refusant tout soutien de la part du gouvernement américain.

Longtemps après la mort de Henry Standing Bear et de Ziolkowski, les travaux se poursuivent toujours. Jusqu'à ce que le monument soit terminé, ce qui prendra probablement encore des décennies, une maquette en marbre de près de cinq mètres de haut montre à quoi il ressemblera finalement : Crazy Horse sur son cheval qui s'avance, la gauche tendue vers l'avant comme pour attaquer.
20180608_0834b.jpg
La plupart de ses descendants indigènes saluent le projet, mais il y a aussi des critiques. Ils considèrent la sculpture comme une profanation d'un lieu sacré et reprochent qu'elle ne soit pas basée sur les traits réels du visage - car Crazy Horse a refusé toute sa vie de se laisser photographier (l'authenticité d'une seule photo conservée est mise en doute).

En 1998, le visage de près de 27 mètres de haut a été achevé. Si le monument était un jour achevé, il deviendrait la deuxième plus grande statue du monde, dépassée seulement par la statue de l'Unité en Inde, haute de 240 mètres.
 
Avec 195 mètres de long et 172 mètres de haut, le Crazy Horse Memorial serait en outre beaucoup plus grand que la sculpture du Mont Rushmore - et trois mètres plus haut que l'obélisque en l'honneur de George Washington dans la capitale fédérale.
 
Die Welt 9 janvier 2024 - https://www.welt.de/geschichte/article249010762/Crazy-Horse-Ein-guter-Tag-zum-Sterben-rief-er-im-Sturm-auf-die-US-Kavallerie.html - Traduit par Kat
 
Total hits: 1293771
Yesterday hits: 16677
Last 24 hours visitors: 628
Current hour visitors: 106
Recent guest(s): 9