Certains albums sont équipés de pages additionnelles qui donnent un éclairage complémentaire sur les photos et documents. On y accède par un clic sur un encadré bleu situé entre le titre de l'album et les premières photos. Pour revenir à l'album, un encadré bleu similaire est disponible entre le titre de la page et son texte.
Les Cadel en Algérie

Les Cadel en Algérie

Tuesday 31 December 1946
Gold Coast

Gold Coast

from Tuesday 22 May 1923 to Thursday 12 June 1924
Achouka
Bangui

Bangui

Daniel Chauvigné raconte sa vie d'enfant à Bangui de 1934 à 1937.   A Bangui, devant la grande factorie de mon père, la place du marché est occupée très tôt le matin par les marchands indigènes accroupis sur leurs talons, leurs produits étalés sur une toile défraîchie par l'éclat du soleil. Une foule grouillante et colorée palabre sans cesse pour faire jouer la concurrence et gagner quelques centimes. Les enfants, nombreux et turbulents, courent en zigzaguant entre les étals, bousculant tout sur leur passage, jusqu'à ce qu'un adulte en arrête un et le menace avec force geste et cris, mais jamais un gosse était frappé. L'odeur acre du manioc, transformé en chikuangue, se mêle au fort relent du poisson déjà couvert de mouches que le vendeur chasse, de temps en temps, d'un revers nonchalant de la main. Les mangues, ananas, goyaves et papayes apportent leur couleur chatoyante et leur parfum sucré tandis que les épices et les viandes de zébus et cabris mêlent leurs fumets parfois nauséabonds.

Un "tourougou" (gendarme indigène) en costume militaire kaki, coiffé d'une chéchia rouge, les mollets enrubannés d'une bande molletière et les pieds nus, porte en bandoulière un immense fusil Lebel et son ceinturon de cuir est garni de cartouchières en toile épaisse. Il est chargé de surveiller le marché, d'arrêter les voleurs et de régler les palabres des marchands. Outre son accoutrement, sa haute taille et sa carrure imposent, la crainte et le respect. Quatre larges cicatrices boursouflées, balafrent ses joues sur toute leur longueur et indiquent qu'il était de la race Sara, peuplade du sud du Tchad où les hommes sont très grands et forts. Cette particularité associée à la différence d'ethnie rend très efficace le rôle de gardien de la loi, ainsi, les tourougous sont les auxiliaires précieux des deux gendarmes français qui occupent le poste de Bangui.

Mes parents aiment beaucoup les animaux et, dans le grand appartement situé à l'étage, se côtoient, en parfaite harmonie, Jacquot le perroquet gris, dont les cris rauques et les plumes ébouriffées font fuir le chat persan. Poubsik, le chien bassendji croisé de berger allemand, est le fidèle compagnon d'Oscar le chimpanzé. Ils ont grandi ensemble et se séparent rarement. Comme de nombreux enfants vis à vis des animaux, j'énervais souvent ces deux compères, qui, lorsqu'ils jugeaient que mes agaceries avaient assez duré, dévalaient les escaliers pour se réfugier dans la cour intérieure, l'un dans un buisson, l'autre dans le grand manguier aux fruits ayant l'odeur d'essence de térébenthine.
Bimbo

Bimbo

Daniel Chauvigné raconte. Écoutons ...   En 1934, mon père Serge Chauvigné qui venait de passer 3 ans à Poitiers, a la nostalgie des colonies et c'est avec joie qu'il trouve un emploi de gérant d'une grande factorie installée à Bangui, capitale de l'Oubangui-Chari.

Parallèlement, comme au Gabon, il réalise à son profit, une plantation de café à Bimbo, petit village indigène, situé à 10 kilomètres de Bangui.
  Je garde encore en mémoire cette période de ma prime enfance passée la semaine à Bangui et le week-end à Bimbo, petit village de pêcheurs situé à 10 kilomètres de la capitale et que l'on ne pouvait joindre qu'en empruntant un bac pour traverser la Konga, un affluent de l'Oubangui.

Bien plus tard, je suis revenu sur ces lieux. Il y a toujours le bac où l'on attend parfois une heure avant que le passeur s'aperçoive qu'un véhicule attend ses bons services de l'autre côté de la rive... On tuait le temps en chassant la pintade sauvage ou en pêchant des mokélélés aux écailles argentées qui pullulent le long des berges dans l'eau peu profonde. On discutait avec les femmes indigènes qui venaient puiser de l'eau qu'elles transportent dans des calebasses posées sur la tête. C'est toujours un émerveillement de voir avec quelle grâce ces femmes marchaient, le corps cambré, sans faire tomber une goutte d'eau du récipient en équilibre instable.

Le bac est constitué d'une plate-forme de rondins arrimés sur de grosses pirogues taillées à l'herminette dans des troncs d'arbre. Un câble tendu en hauteur et fixé sur des gros arbres de part et d'autre de la rivière, supporte une poulie reliée par un câble à la plate-forme. Il suffit de dégager le bac de la rive avec une longue perche, puis. Le bac est entraîné en biais par le courant jusqu'à l'autre rive. Des rampes rabattables sur les berges permettent l'accès et la sortie des véhicules. Les passagers restaient debout sur les côtés de la plate-forme, protégés par des lianes tendues sur des piquets qui fait office de garde-fous.

La traversée dure un quart d'heure, ce qui permet d'admirer les eaux tumultueuses d'où l'on voit parfois sauter un gros poisson poursuivi par un caïman. D'autres sauriens surnagent sans bouger et seuls les yeux et la crête dorsale crevant la surface de l'eau, laissent deviner leur présence.

Enfin, par la piste, qui tient lieu de route, on atteint Bimbo qui est toujours un petit village situé sur une énorme anse de la Konga, le dos acculé à la forêt tropicale. Cette situation privilégiée procure à ses habitants un bon abri contre les rafales de vent d'ouest, tandis que le calme des eaux retient de nombreux bancs de poissons.

Si la forêt voisine n'a aucun secret pour les Pygmées, la rivière est le domaine des Bandas. Cette ethnie est reconnaissable aux 2 petites cicatrices verticales et parallèles qui ornent leur pommette gauche. Ces noirs, de taille moyenne sont musclés, gais et accueillants. Ils se nourrissent de poisson et de manioc.

La culture et la préparation du manioc sont rituellement réservées aux femmes alors que, seuls les hommes pratiquent la pêche. Les Pygmées surnomment les Bandas "Zo ti n'gou" (les hommes de l'eau) reconnaissant par là leur habilité dans l'art de la pêche.

La prise du poisson, très diversifiée à la ligne et au filet dans la rivière alors que dans les marigots leur capture est réalisée à l'aide d'un poison végétal.

Les lignes sont uniquement des lignes de fond suspendues à une corde tendue en surface entre deux piquets, plantés dans les hauts fonds sablonneux. Amorcées à la tombée du jour, elles sont relevées à l'aube. Les prises sont généralement des silures où des "capitaines" (sortes de grosses carpes pouvant peser plus de 30 kilos).

Formant barrage, de longs piquets, entrelacés de lianes, sont disposés le long des berges face aux petits marigots qui se jettent dans la Konga. De place en place, sont laissés des passages piégés de nasses ou de filets, dans lesquels, chaque matin, les pêcheurs relèvent des perches colorées et des mokélélés (sorte de gardons aux écailles argentées possédant une chair savoureuse).

Dans la journée, outre la pêche à la traîne pratiquée en pirogue, existe la curieuse pêche au "petit filet" : 2 hommes sont à bord d'une pirogue, l'un, à l'arrière, maintient l'esquif dans le sens du courant descendant; l'autre, à califourchon à l'avant de la barque, laisse pendre ses jambes dans l'eau. Un petit filet est fixé entre ses jambes, et dès qu'il perçoit une secousse, il le referme et le relève rapidement pour projeter le poisson dans la pirogue, où il est achevé à coups de gourdin par son collègue. Cette pêche n'est pas sans danger, car il faut surveiller en permanence, la surface de l'eau pour éviter de se faire happer un pied par un crocodile!

La pêche au poisson dans les marigots demande une longue préparation. Il faut d'abord chercher en forêt un "kéké ti soussou" (arbre à poisson) dont l'écorce et les feuilles contiennent un poison paralysant. Les feuilles et l'écorce sont pilées dans une jatte de bois dur, jusqu'à l'obtention d'une pâte juteuse de couleur brun ocre. Pendant cette préparation d'autres pêcheurs ont tendus, en aval du marigot des filets. La pâte empoisonnée est jetée en amont, sous forme de boulettes qui flottent et se diluent en opacifiant l'onde d'une couleur blanchâtre. Rapidement, à la surface, apparaissent, ventre en l'air, des poissons de toutes tailles, qui, menés par le courant sont finalement retenus dans les filets. Il faut recueillir rapidement les prises intéressantes, car l'effet paralysant du poison était de courte durée.

A Bimbo, le paysage et les habitants n'ont guère changé. Certains se rappellent très bien de notre famille et j'ai échangé avec eux des souvenirs de notre enfance où très rapidement avions parlé le sango, dialecte principal de l'Oubangui-Chari. A cette époque, il y avait peu d'enfants blancs de notre âge, ont jouait donc avec les petits noirs et, avec eux nous avons débuté l'école où nous avons tous appris que nos ancêtres, les Gaulois, avaient de grandes moustaches et se vêtaient de peaux de bêtes.
Berberati
Wayombo
Bouar
Carnot
Total hits: 678154
Yesterday hits: 584
Last 24 hours visitors: 16
Current hour visitors: 1
Recent guest(s): 1